منتدى يضم مواضيع ثقافية واسلامية والعاب وعناوين المواقع المشهورة

Proverbe ne peut mentir. – C'est dans le besoin qu'on reconnaît ses vrais amis. – À bon appétit n'est point besoin de moutarde. – À bon chat, bon rat. – Contentement passe richesse. À bon entendeur, salut ! – Abondance de biens ne nuit pas. – À force d'aller mal, tout va bien. – À bonne lessive, saletés dans le caniveau, couleurs avec. – Vieille amitié ne craint pas la rouille. – À chaque oiseau son nid semble beau. – À chacun sa chacune. – À cœur vaillant rien d'impossible – L'espoir fait vivre. – Qui fait le malin tombe dans le ravin. Argent fait beaucoup mais amour fait tout. – À vingt ans ce qu'on veut, à trente ce qu'on peut. – Ce qui arrive à quelqu'un peut arriver à chacun. – La vérité sort de la bouche des enfants. – Qui sème le vent récolte la tempête. Il ne faut pas déshabiller Pierre pour habiller Paul. – Faute avouée est à moitié pardonnée. – Il n'y a que la vérité qui blesse. – Quand on n'a pas ce qu'on aime, il faut aimer ce qu'on a. – Bien mal acquis ne profite jamais

    DIHIA (ou la Kahina ) Ame de la résistance amazigh à la conquête arabe

    Partagez

    Admin
    Admin

    عدد المساهمات : 346
    السٌّمعَة : 3
    تاريخ التسجيل : 14/09/2009

    DIHIA (ou la Kahina ) Ame de la résistance amazigh à la conquête arabe

    Message  Admin le Mar Oct 06, 2009 10:10 am

    [img][/img][img][/img]



    Kahina " prêtresse, devineresse" est le surnom par lequel les historiens arabes désignent cette reine berbère du 7-8 ème siècles de l'ère chrétienne. Selon les mêmes historiens, son véritable nom serait Dayhia fille de Matiya ben Tifan ou encore Damiya fille de Yunafiq. On trouve encore Dihiya et Dà®yya.

    On a beaucoup polémiquésur la religion de Dihiya. Certains auteurs pensent qu'elle est juive, à cause de sa tribu, les Djerawa, qui, selon Ibn Khaldà»n, était largement judaà¯sée au 7ème siècle. D'autres pensent qu'elle était chrétien tirant en cela argument de sa filiation (Matiy et Tifan sont des déformations de Mathieu et Théophane) mais aussi du nom de Damiya qui était sans doute un diminutif du nom latin
    Damiana. En fait, en l'absence d'informations précises, on ne peut trancher ni pour l'une ni pour l'autre de ces hypothèses et Dihiya pouvait être juive, chrétienne et même paà¯enne. D'ailleurs, un auteur musulman, al Malikà®, écrit que pendant sa retraite, Dihiya était accompagnée d'une grande idole en bois, transportée sur un chameau. Il pourrait s'agir d'une divinitéberbère et non forcément, comme on l'a écrit, d'une statue du Christ ou de la Vierge Marie.

    Quoi qu'il en soit, Dihiya était une reine authentiquement berbère. Quand elle apparut sur la scène, elle devait être déjà à¢gée. Elle aurait régnéprès de trente cinq ans sur les Aurès et serait morte à 120 ou 127 ans. Cette longévitéest peut-être exagérée mais elle n'est pas invraisemblable quand on sait la vigueur et la force des Berbères.

    Selon AI Waqidà®, c'est la mort de Kusila qui détermina Dihiya à livrer la guerre aux Arabes. Mais elle avait déjà participé, aux cà´tés du prince berbère, à la bataille de Tehuda au cours de laquelle fut tué'Uqba Ibn N'afi'ê (683).
    Le calife 'Abd al Mà¢là®k chargea le gouverneur d'Egypte H'asà¢n ben Nu'mà¢n, de réduire la révolte au Maghreb. Il se mit en marche en l'an 69 de l'Hégire (688-689) et, après avoir pris Carthage et chasséles Byzantins, il prit la route des Aurès.

    "H'asà¢n, écrit Ibn Khadà»n, demanda qui était le prince le plus redoutable parmi les Berbères, et ayant appris que c'était la Kahina, femme qui commandait à la puissante tribu des Djerawa, il marcha contre elle et prit position sur le rebord de la rivière Miskiana."

    La rencontre eut lieu sur l'oued Nini, au nord de Khenchla : les troupes berbères qui se trouvaient en aval se jetèrent sur les Arabes qui étaient en amont et les taillèrent en pièces. En souvenir de cette défaite, les Arabes surnommèrent l'oued Nini, Nahr al bala', la rivière des malheurs. Et les preuves n'étaient pas finies pour eux. Après les voir forcés à prendre la fuite, Dihiya les poursuivit et les combattit de nouveau. Elle les obligea à quitter l'Ifriqya et à se réfugier, sur l'ordre du calife 'Abd al Malà®k, dans la province de Tripoli.
    Dihiya rentra chez elle et, dans un geste de générosité, elle prit sous sa protection l'un de ses prisonniers arabes, Khà¢lid ben Yà¢zid. Elle lui donna le sein et, simulant l'allaitement, elle fit de lui son fils adoptif.
    En 698, H'asà¢n ben Nu'mà¢n revint avec des renforts, il dispersa les troupes de Dihiya et s'empara de Carthage. Le général arabe sema la discorde parmi les Berbères, poussant une partie d'entre eux à abandonner la vieille reine. Celle-ci, loin de se décourager, continua la lutte avec les hommes qui lui restaient fidèles. Sentant la fin approcher et voulant sauvegarder 1'avenir, elle recommanda à ses fils de se convertir à l'Islam et de changer de camp. L'historien Ibn al Hakà®m rapporte qu'elle s'adressa en ces termes à Khalà®d ibn Yà¢zid :

    "Je vais périr et je te recommande de t'occuper de ton mieux de tes deux frères que voici. Je crains, répondit Khà¢lid que si tu dis vrai, ils ne puissent échapper à la mort -Que non ! l'un d'eux même jouira, chez les Arabes d'un prestige plus grand qu'il n'en a aujourd'hui. Pars, assure- toi de la vie de mes fils!"

    Elle ne savait pas qu'en ce moment là , Khà¢lid allait la trahir. Alors qu'elle s'apprêtait à livrer de nouveau combat, il avait averti H'asà¢n de ses positions, en lui envoyant un message dissimulédans du pain.
    Le combat eut lieu au pied des Aurès. Dihiya, sur le point d'être battue, tenta de se réfugier dans une citadelle byzantine de la région de Biskra mais son adversaire la talonna et la poussa plus avant. La dernière bataille se serait déroulée à Tarfa, une localitéà une cinquantaine de kilomètres au nord de Tobna. Selon la tradition, Kahina fut tuée devant un puits qui porte depuis son nom: Bà®r al Kahà®na, le puits de la Kahina.
    Sa tête fut tranchée et envoyée comme trophée de guerre au calife. Ses deux fils qui étaient passés à l'Islam eurent la vie sauve et Ibn al Nu'mà¢n nomma l'un d'eux commandant de ses troupes, réalisant ainsi la prophétie de sa mère. Les Arabes purent ainsi se concilier les Berbères qui se convertirent en masse à l'Islam.
    La Kahina fut accusée par les auteurs arabes d'avoir pratiquéla politique de la terre brà»lée : sur le point d'être vaincue, elle aurait préférébrà»ler les villes, les villages et les récoltes plutà´t que de les abandonner à l'ennemi. En fait la Byzacène, théà¢tre des combats de la Kahina et des Arabes, était depuis longtemps livrée au pillage aux incursions des Arabes. En accusant l'héroà¯ne berbère de ce forfait les historiens arabes voulaient sans doute la discréditer et justifier surnoms de "prêtresse" et "sorcière" qu'ils lui avaient donnés.

    OKBA

    عدد المساهمات : 1
    السٌّمعَة : 0
    تاريخ التسجيل : 07/05/2010

    La Kahina était une nymphomane ...........

    Message  OKBA le Ven Mai 07, 2010 3:54 am

    Ahul,

    Corrige moi si je me trompe mais je peux vous assurer avoir lu un livre d’histoire en anglais oú l’on dit que la Kahina était une nymphomane et elle avait 52 amants dont deux arabes tous des chefs de tributs ( excepté les arabes ).....


    Ce qui honteux pour vous, parce que il y a d'entre vous qui prétendent descendre de la kahina .....

    Pour votre information, les juifs considèrent les Kahinistes comme convertis au judaïsme mais pas juifs (consultez les études des Cohen Cohen publiées à Tel Aviv ! ).....

    Maintenant qu’elle est juive ou pas je ne sais pas, qu'elle est amazigh ou non je ne sais pas aussi .....

      La date/heure actuelle est Jeu Déc 08, 2016 3:02 pm