منتدى يضم مواضيع ثقافية واسلامية والعاب وعناوين المواقع المشهورة

Proverbe ne peut mentir. – C'est dans le besoin qu'on reconnaît ses vrais amis. – À bon appétit n'est point besoin de moutarde. – À bon chat, bon rat. – Contentement passe richesse. À bon entendeur, salut ! – Abondance de biens ne nuit pas. – À force d'aller mal, tout va bien. – À bonne lessive, saletés dans le caniveau, couleurs avec. – Vieille amitié ne craint pas la rouille. – À chaque oiseau son nid semble beau. – À chacun sa chacune. – À cœur vaillant rien d'impossible – L'espoir fait vivre. – Qui fait le malin tombe dans le ravin. Argent fait beaucoup mais amour fait tout. – À vingt ans ce qu'on veut, à trente ce qu'on peut. – Ce qui arrive à quelqu'un peut arriver à chacun. – La vérité sort de la bouche des enfants. – Qui sème le vent récolte la tempête. Il ne faut pas déshabiller Pierre pour habiller Paul. – Faute avouée est à moitié pardonnée. – Il n'y a que la vérité qui blesse. – Quand on n'a pas ce qu'on aime, il faut aimer ce qu'on a. – Bien mal acquis ne profite jamais

    Azuka : ?Je ne ferai pas de cadeau à Heartland !?

    Partagez

    Admin
    Admin

    عدد المساهمات : 346
    السٌّمعَة : 3
    تاريخ التسجيل : 14/09/2009

    Azuka : ?Je ne ferai pas de cadeau à Heartland !?

    Message  Admin le Sam Sep 18, 2010 5:55 am

    Azuka : ?Je ne ferai pas de cadeau à Heartland !?

    Publié parDzLiens
    | Commentaires : (0)

    S'il y a bien un joueur dela JSK qui était bien entouré à l'aéroport, c'est bien l'attaquantnigérian Izu Azuka, non seulement parce qu'il a inscrit un but de toutebeauté contre les égyptiens d'Ismaïlia mais, surtout, parce qu'il jouitd'une grande popularité dans son propre pays, le Nigeria. "J'ai déjàjoué ici au stade d'Owerri contre la formation d'Iwanwanyu devenue denos jours Heartland et j'ai même inscrit de jolis buts avec mon club FCChaks", nous dira Azuka, avec une grosse lueur de fierté dans les yeux,lui qui a été international olympique sous les couleurs nigérianes maisqui semble avoir été quelque peu oublié par le sélectionneur du Nigeriadepuis qu'il a décidé d'émigrer vers la lointaine Algérie. Mais voilàqu'à vingt-deux ans révolus, le remuant attaquant de la JSK sembledécidé à relancer coûte que coûte sa carrière internationale, lui quiétait considéré comme un véritable prodige dans son pays. Et qu'ya-t-il de mieux pour se mettre en évidence et se! replacer sur la scèneinternationale qu'une compétition aussi prestigieuse et aussimédiatisée que la Ligue des champions africaine. Même s'il n'a pas étésouvent titularisé par le staff technique kabyle dans les onze matchesde Ligue des champions disputés cette année par la JSK, soit sixmatches éliminatoires des trois premiers tours et cinq matches depoules, Azuka a toujours joué à fond son rôle de joker capabled'apporter un plus à son attaque comme il l'a si bien fait la semainedernière face aux égyptiens d'Ismaïlia qu'il exécuta en deux tempstrois mouvements, et surtout un but assassin. Incorporé à la 72' de jeualors que le score était encore blanc 0-0 et que le public kabylescandait son nom, le Nigérian faillit planter un but de toute beautédès sa première occasion à la 75', mais il finira par faire lever commeun seul homme les 30 000 spectateurs du stade du 1er-Novembre lorsqu'ilprofita d'un beau centre de Remache, venu de la droite, et surtout unejudicieu! se déviation de ce remiseur attitré, nommé Aoudia, pourfusill! er littéralement l'infortuné gardien international MohamedSobhi (87'). "C'est le plus beau but de ma vie et j'espère en marquerd'autres dimanche aussi contre Heartland", martèlera Azuka, qui espèreêtre justement titularisé demain contre ses compatriotes du FCHeartland pour montrer de quel bois il se chauffe et surtout pour sefaire rappeler aux yeux du sélectionneur nigérian. "Certes, je suisnigérian et j'aime mon pays mais en football, il n'y a pas de placepour les sentiments. Je joue pour les couleurs de la JSK et je mebattrai de toutes mes forces sur le terrain pour faire gagner monéquipe. En d'autres termes, si j'ai l'occasion de marquer deux, troisou dix buts, je n'hésiterai pas à le faire", dira encore Azuka quicompte bien vivre une aventure fabuleuse cette année en Ligue deschampions africaine, certainement, avant de faire ses adieux dans unpeu plus de deux mois, car son contrat de trois ans à la JSK arrive àterme, et la nouvelle réglementation de la FAF! qui limite, désormais,l'utilisation des footballeurs étrangers, le pousse à changer d'air."Nous avons une très bonne équipe et la JSK est capable de remporteraisément cette Ligue des champions. Inch'allah, nous allons gagner laCoupe d'Afrique mais je songe sérieusement à partir d'ici le mois dedécembre. Je n'ai que vingt-deux ans et j'ai encore tout l'avenirdevant moi. Je sais que le sélectionneur du Nigeria m'a supervisédurant tous les matches de Coupe d'Afrique avec la JSK et je ferai toutpour être convoqué de nouveau en équipe nationale du Nigeria mais pourexaucer mon vœu, je dois jouer beaucoup plus, ce qui n'estmalheureusement pas le cas actuellement. Ce sera très dur pour moi quede quitter la JSK et la Kabylie mais il s'agit là de mon avenir. Aprèsla Coupe d'Afrique, je discuterai longuement avec le président Hannachique je respecte énormément puis je prendrai ma décision en tempsopportun", conclut le sympathique Izu, avec un gros brin de tristessesur ! le visage.

      La date/heure actuelle est Dim Déc 04, 2016 5:32 pm