منتدى يضم مواضيع ثقافية واسلامية والعاب وعناوين المواقع المشهورة

Proverbe ne peut mentir. – C'est dans le besoin qu'on reconnaît ses vrais amis. – À bon appétit n'est point besoin de moutarde. – À bon chat, bon rat. – Contentement passe richesse. À bon entendeur, salut ! – Abondance de biens ne nuit pas. – À force d'aller mal, tout va bien. – À bonne lessive, saletés dans le caniveau, couleurs avec. – Vieille amitié ne craint pas la rouille. – À chaque oiseau son nid semble beau. – À chacun sa chacune. – À cœur vaillant rien d'impossible – L'espoir fait vivre. – Qui fait le malin tombe dans le ravin. Argent fait beaucoup mais amour fait tout. – À vingt ans ce qu'on veut, à trente ce qu'on peut. – Ce qui arrive à quelqu'un peut arriver à chacun. – La vérité sort de la bouche des enfants. – Qui sème le vent récolte la tempête. Il ne faut pas déshabiller Pierre pour habiller Paul. – Faute avouée est à moitié pardonnée. – Il n'y a que la vérité qui blesse. – Quand on n'a pas ce qu'on aime, il faut aimer ce qu'on a. – Bien mal acquis ne profite jamais

    RESUME HISTORIQUE DES REGIONS D’AIT-OUARTHILAN

    Partagez

    Admin
    Admin

    عدد المساهمات : 346
    السٌّمعَة : 3
    تاريخ التسجيل : 14/09/2009

    RESUME HISTORIQUE DES REGIONS D’AIT-OUARTHILAN

    Message  Admin le Jeu Sep 24, 2009 3:39 pm

    1.[left] La Kabylie

    L’aperçu concerne toute la région des Ait-Ouartilane : Ain- Legradj, el-Djemâa, At-Hafedh, Ighbuliyyen...

    PERIODES ANCIENNES

    Beni Ouertilane, Ait Ouerthilane, Ait-Ouarthirane….
    C’est le nom de cette région berbérophone, située au sud est de la Kabylie, dépendant territorialement et administrativement de la Wilaya de Sétif, une région enclavée, montagneuse, devenue célèbre par le voyageur el wartilani au 18-ème siècle.
    Le reste des ruines romaines et traces de tombes funéraires remontant à l’époque byzantine, au village Lâazib, de Ain-Legradj, prouvent l’ancienneté de la présence humaine dans cette région. Il existe probablement d’autres sites importants, mais aucune fouille archéologique sérieuse n’ayant été effectuée dans cette région, il est difficile de retracer avec certitude son passé lointain. Mais les coutumes berbères sont toujours existantes dans le folklore des habitants de ses montagnes.

    PERIODE MEDIEVALE

    Les sources sur la période médiévale sont plus ou moins nombreuses, à partir du 16-ème siècle, mais presque inexistantes avant cette période. Les sources et témoignages historiques citent la région principalement aux 18-ème et 19-ème siècle.
    Nous allons essayer à travers les témoignages documentaires de parler du commerce, de l’instruction et enfin de la politique, allant de la période médiévale jusqu’au 19-èm siècle.

    1- Commerce

    Nous allons parler ici des particularités de nos régions,
    D’après un document historique colonial du 19-ème siècle, le principal commerce de la région sont : l’huile, olives figues, miel moutons. Ce commerce existe depuis le moyen âge et jusqu’à une période récente.

    Notre région est réputée pour sa fabrication de poudre et armes, poterie, brique, boucles d’oreilles, confins, tapis en laine, des cordes, plats et cuillères en bois. (voir le moule pour fabrication de balles à la bibliothèque Lmuhub Ulahbib).

    La région produit aussi une industrie importante pour la période du 18-ème au 19-ème siècle. Il s’agit de l’industrie du grenadier, son bois a été spécialement utilisé et réservé à la fabrication de fusils. Une industrie très importante pour cette période, très perturbée à cause des nombreux soulèvements contre l’arrivée des turques au 16ème siècle et l’arrivée des français au 19-ème siècle.

    Le village el-Djemâa n’ Ait-Ouarthilane est renommée pour l’industrie du burnous. Il est plus souple, plus blanc, plus fin et solide. La source que nous avons consultée parle de la célébrité du village Tizi Watu pour la production de ce burnous barnus, jusqu’à la fin du 19-ème siècle. La région exploite aussi du sel.

    Le marché d’El el-Djemâa n’Ait-Ouarthilane , est le plus fréquenté en Kabylie et à l’est Algérien. Le marche se tient au village, chaque vendredi, depuis le moyen âge, Cf - le témoignage de Lhucin al Wartilani , (manuscrit d’al wartilane à la bibliothèque de Lmuhub Ulahbib, rédigé au 18ème siècle.

    Les tribus qui fréquentent régulièrement le Souk el Jemaa n’Ait Warthilane, sont, les Beni Waghlis, Beni Aidel, Beni Kheyar, Beni Mohli…..
    Les marchands de ces tribus apportent de l’huile, fruits secs…… Mais on trouve aussi des marchands des autres régions, de Boussâada, Medjana, , qui vendent de la laine, Chema (chique), des dattes, des cordes de poils de chameaux, de moutons.. Et bien sûr, la principale vente de nos habitants, reste le barnus.

    Avant de terminer ce paragraphe, je signale aussi, d’après un témoignage de Cheikh Lmuhub Ulahbib dans l’un de ses manuscrits, que le marché d’ el-Djemâa abrite également un coin réservé exclusivement à la vente et échange de manuscrits, ce coin rassemble des intellectuels, les lettrés, des copistes de manuscrits. (Voir le calepin de Cheikh Lmuhub Ulahbib, concernant ces échanges avec d’autres lettrés).

    2-Instruction

    Pour ce qui est de l’instruction, le patrimoine textuel, les manuscrits existants, prouvent avec certitude l’existence de la culture écrite en plus de la culture orale bien sûr.
    Notre région était très fréquentée par des étudiants, et enseignants et lettrés locaux. Elle était célèbre par son niveau d’instruction et ses nombreux intellectuels, imams, juges, …nous citerons quelques lettrés de 18- au 20-ème siècle: Lhucine al Warthilani, Ahamed Zarruq ben Hadj, Aissa Ulahbib, Benmesbah, Lmuhub Ulahbib, Said Lafifi, yahia Uhamudi, said Abehlul, Areki Lechbani, Lmulud Lahfidhi…….
    Les habitants de la région en général sont affiliés, aux confréries, Chaduliyya , Hansaliyya, Rahmaniyya, et enfin el-alawiya au début du 20-ème soècle.

    Les manuscrits de la bibliothèque Ulahbib sont là pour témoigner de son passé prestigieux.

    3-Politique

    D’une manière générale, du 18-ème au 19-ème et pendant la révolution de 1954, toute la région a participé aux différents soulèvements et révolutions, d’abord contre les turques et puis contre l’arrivée des français.
    Nous allons chronologiquement parler de ces grands soulèvements :

    - 15 décembre 1838, l’armée française est arrivée à Sétif, notre région s’est organisée pour l’envoi des bénévoles pour défendre Sétif. Beaucoup de volontaires de notre région ont participé à la bataille aux portes de Sétif.

    - 1842, un soulèvement a eu lieu à Beni Ghbula, Beni Warthilane, Beni Chebana, guidé par Moulay Ahemd d’Ighbulayen, mais ils furent battus par le Général Bedeau.

    - 1851, un soulèvement éclate dans la région menée par Boubaghla.

    - 1871, la région s’insurge de nouveau avec la fameuse grande insurrection dirigée par Cheikh Aheddad.

    - 1954, la région participe à la révolution. Plusieurs centaines de martyrs sont à déplorer

    Après l’indépendance, la région a fourni des cadres pour la nouvelle nation.

      La date/heure actuelle est Dim Déc 04, 2016 5:33 pm